Mamou : des journalistes et acteurs de la société civile  outillés sur le fact-checking 


Dans le cadre de la mise en œuvre du projet d’Éducation aux Médias à l’Information et au Numérique (EMIN) — un projet de jumelage des initiatives francophones de lutte contre la désinformation soutenu par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) —, l’Association Villageois 2.0 a animé, du 3 au 5 janvier 2023, une session de renforcement de capacités à l’endroit des journalistes, blogueurs, activistes de la société civile et des influenceurs à la Maison des Femmes de la ville de Mamou, au centre de la Guinée. Cette activité fait suite à celle réalisée dans la ville de Labé au mois de novembre dernier. 

Les bénéficiaires, au nombre d’une cinquantaine dont une vingtaine de femmes, ont été outillés sur les techniques de fact-checking – vérification des faits –, leur permettant de renforcer leurs compétences critiques et analytiques sur le traitement informationnel, l’identification et la vérification des fausses informations.

Après une brève présentation des participant.e.s et de l’agenda de la formation, le responsable de la communication et de la mobilisation de l’Association Villageois 2.0, Mamadou Saidou DIALLO, a présenté le projet EMIN et a mis un accent sur les objectifs et les différentes activités prévues.

La première journée a été consacrée par les facilitateurs sur les concepts basiques du fact-checking et la boîte à outils du fact checker. Cet échange a permis aux participant.e.s d’avoir une large connaissance des notions basiques du fact-checking, les fondamentaux, les théories de complots et les bonnes pratiques en matière de vérification des faits.

La deuxième et la troisième journée ont été mises à profit pour aborder les sources d’information, la veille digitale, les stratégies digitales et le radical community management, d’une part. La citoyenneté numérique et le comportement éthique en ligne ont également été largement expliqués aux participant.e.s, d’autre part.

A la fin des trois jours de formation, plusieurs participant.e.s ont exprimé leur satisfaction. C’est le cas d’Amadou Bori Sidibé, journaliste-reporter à la radio rurale de Mamou qui souligne qu’aujourd’hui au niveau des plateformes de communication et des réseaux sociaux, il y a beaucoup des fausses informations qui circulent. « Cette formation nous a beaucoup édifiés sur les techniques de vérification des fausses informations », a-t-il confié.

En outre, M. Sidibé a plaidé pour une intensification des formations pour les autres acteurs qui se trouvent dans le reste du pays. Pour lui, « le vrai problème est que les gens ne savent pas comment vérifier une information. Et si une information n’est pas vérifiée et qu’on la publie, elle peut causer des problèmes. Et souvent, fait-il remarquer, les tensions proviennent de ces mauvaises informations qui circulent sur la toile. »

Quant à Fatoumata Binta Diallo journaliste-reporter à la radio Fraternité FM Mamou, elle assure avoir enrichi ses connaissances sur les attitudes à prendre lorsqu’elle se connecte en ligne. « Je souhaiterai que cette formation soit organisée dans toute la Guinée parce qu’elle apporte beaucoup, surtout à la couche juvénile », plaide-t-elle.

Ce projet d’Éducation aux Médias à l’Information et au Numérique (EMIN), d’une durée de huit mois et mis en œuvre en Guinée et au Cameroun, va renforcer les capacités de plus de 500 personnes sur le fact-checking, la lutte contre la désinformation et les théories complotistes, à travers l’éducation aux médias, à l’information et au numérique. Ses bénéficiaires sont entre autres : des hommes de médias, des acteurs de la société civile, des blogueurs, des élèves, des étudiants et des influenceurs sur les réseaux sociaux.

,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *