« On ne peut pas parler de développement sans réellement parler d’agriculture »

Une formation en « entrepreneuriat rural », qui s’étendra jusqu’au mercredi, a débuté  ce lundi 24 septembre 2018 au centre de formation de ‘’Saala Développent Projet’’  situé dans le district de Saala Djouhèbè, sous-préfecture de Popodara à une dizaine de kilomètres du centre-ville de Labé.

Les participants en vite de terrain dans la ferme de l’ancien ministre de l’enseignement supérieur, Bailo Teliwel, Crédit photo : Saidou DIallo

Cette formation à laquelle participe une vingtaine  de jeunes  est accompagnée par Humain Action qui est une ONG humanitaire à but non lucratif  en collaboration avec ses partenaires qui sont entre autres : l’Association  Villageois 2.0, Agricultural Technology Center, Jatropha HUB…

Pourquoi le thème entrepreneuriat rural ?  « Parce qu’aujourd’hui, on parle beaucoup trop sur d’autres choses au lieu de se focaliser sur les besoins réels des collectivités. Tant que les populations n’ont pas à quoi manger, je ne pense pas qu’elles vont penser à autre chose. Donc, on ne peut pas parler de développement sans réellement parler d’agriculture ou d’entrepreneuriat » répond, l’un des organisateurs de cette formation.

Les participants dans la salle de formatin de « Saala Developement Project », credit photo : Saidou Diallo

« L’objectif  est de mettre en place des groupements pour comprendre les réalités du terrain pour qu’ensemble des solutions soient trouvées, et que les jeunes comprennent qu’ils peuvent aller plus loin.» souligne un responsable de Humain Action.

La contribution  des jeunes qui participent à cette formation aux différents débats montre l’intérêt du thème et tout le monde est unanime cela permettra  le transfert des compétences acquises  pendant ces trois jours. Un mécanisme de  suivi sur le moyen, court et long terme est envisagé dont l’objectif est  la création d’un réseau  d’entrepreneurs ruraux.

Cette session de partage et d’apprentissage  a réuni plus d’une vingtaine de jeunes pour leur doter des expériences en matière développement local et, qui à leur tour, seront des vrais acteurs dans la vie de leurs communautés pour booster le développement à la base.

Mamadou Saidou Diallo

 

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here