Guinée : un nouveau gouvernement pour un nouvel échec ?

De la gauche vers la droite : Mamady Youla, Kassory Fofana et Mohamed Said Fofana

Le 08 mars dernier, à l’occasion de la fête internationale des femmes, répondant au ras-le-bol de certaines femmes guinéennes réunies au Palais du peuple sur la crise sociale qui paralysait le secteur éducatif, le président de la République annonçait la mise en place d’un nouveau gouvernement dont les membres seraient proches du peuple.

Plus de deux mois plus tard, précisément le jeudi 17 mai 2018, Mamady Youla présentait sa lettre de démission et celle de son gouvernement à l’issue du Conseil des ministres et 4 jours  plus  tard, Alpha Condé nomma l’ancien ministre en charge des Investissements et du Partenariat public-privé Kassory Fofana comme Premier ministre, soit le troisième depuis qu’il est au pouvoir. Le deal a été scellé depuis un peu longtemps mais officialisé le samedi 19 mai 2018 au siège du RPG/Arc-en-ciel. Adieu le parti Guinée pour tous (GPT) !

Difficilement, je parviens à comprendre ce qui est en train d’arriver à mon cher pays, ma chère Guinée. J’ai vu et assisté à une déferlante communication téléguidée autour d’une personne qui n’avait obtenu que 0,066 % lors de la présidentielle de 2010 et un siège à l’Assemblée nationale lors des élections législatives de  septembre 2013 avec toute cette info publicitaire qui tourne autour du nouveau Premier ministre.

A la  fin  des  années  90 et  au  début  des  années 2000, j’étais jeune à peine mes 8 ans. Mais j’ai entendu parler du rapport Hervé Vincent Bangoura, personne ne s’y est intéressé pour nous éclairer, donc, je passe. Sans aucun doute, cette  nomination sonne comme un nouvel échec. Au lieu de redonner un grand espoir aux Guinéens déprimés d’une décennie d’un règne clanique aux antipodes, ils ont préféré nous gifler, nous humilier, bref nous confirmer le mépris qu’ils ont envers le peuple. Dans ce gouvernement d’anciens, qu’on nous présente comme nouveau, ce n’est que de la poudre aux yeux.  Respectons inversement l’adage qui dit « qu’on ne change pas une équipe qui perd ».

Nomination de Kassory Fofana, un non-événement

La nomination est constitutionnellement un pouvoir discrétionnaire du Président de la République sauf ce dernier. Ces anciens discours existent encore et constituent à mes yeux une boutade. Trois gouvernements qui ont appauvri et pillé  la Guinée. Peut-on vraiment produire un miracle en l’espace de deux ans avec ce [nouveau] ancien gouvernement ?  J’avais évité tout commentaire grotesque jusqu’à publication de  la liste du fameux gouvernement salvateur.

Sur un total de trente-trois ministres, nous n’avons que quatre femmes ! C’est le comble à mes yeux. Sur les sortants, dix-sept ont été reconduits et certains n’ont fait que changer de portefeuille ministériel. Je rêvais d’une refonte prometteuse et malheureusement, c’est la décadence qu’on nous livre !

Dans cette équipe, il y a une tête qui m’est  très  familière, celle de Mory Sangaré « Thiouné » le désormais ministre  de l’Éducation Nationale et de l’Alphabétisation. Il fut de 2011 à 2017 inspecteur régional de l’éducation de Labé et  depuis fin 2017, reconduit  dans  les  mêmes  fonctions  à Mamou.   Un monsieur dont le cadet des soucis est la maîtrise de la langue française. Par manque de niveau, il fut hué et chassé au complexe  Chaikou Baldé, le même sort lui a été réservé à Yacine Diallo et  au lycée  Oustoya  de  Pita.

En dépit de la sonnette d’alarme tirée  de  façon  répétitive tirée  par Dr. Bano Barry, pour l’éducation guinéenne, je perds tout espoir. Le militantisme a primé sur l’intérêt de la nation. Je me limite-là… Il ne  serait  pas  étonnant que la députée Madame Mariama Taata fasse quelques révélations sur cette personne dans les prochains mois.

Alpha Ibrahima Keira, l’ [hypothétique] parrain du 3e mandat

Lors de la dilution de la GPT au sein du RPG/Arc-en-ciel, Kassory Fofana a tenu un discours qui mérite  mûre  réflexion  et  une  analyse  épicurienne : « Je le disais devant un témoin, il y a quelques jours. C’est vrai, je veux le pouvoir dans ce pays. Mais, si je le veux pour le bonheur du peuple de Guinée, je renonce au pouvoir pour laisser le professeur Alpha Condé conduire ce pays. C’est par conviction. L’énergie qu’il a, je ne l’ai pas. Le sacrifice, le don de soi qu’il a, je ne l’ai pas. Ce n’est pas un langage diplomatique, c’est une réalité. Les Guinéens comprendront ».

Ma  tête  résonne  encore des mots de Kelefa Sall, président de la Cour constitutionnelle, que nous avions appréciés et applaudis : « La conduite de la nation doit nous réunir autour de l’essentiel. Ne nous entourons pas d’extrémistes qui sont nuisibles à l’unité nationale. Évitez toujours les dérapages  vers les chemins interdits en démocratie et en bonne gouvernance. Gardez-vous de succomber à la mélodie des sirènes révisionnistes car, si le peuple de Guinée vous a donné et renouvelé sa confiance, il demeure cependant légitimement vigilant. »

Le résultat, il  est  visible  et  palpable : Les guéguerres qui minent depuis l’institution, le reste nous les avons dans les discours du Président et des sirènes révisionnistes … oui le peuple.

Dans ce lot de ministres, il y a un  ministre qui a une LAME à la place de L’ÂME. Le ministère de l’Intérieur et de la Protection civile est dans les mains d’une personne, Alpha Ibrahima Keira, dont les traces sont encore indélébiles dans les mémoires de ceux-là qui se battaient pour un changement dans les années 2005-2006. Attendez-vous à ce que les répressions soient encore plus féroces.

La rentrée des opposants

Après l’Union des forces républicaines (UFR) de Sidya Touré en 2015, ce sont les Nouvelles forces démocratiques (NFD) de Mouctar Diallo et l’Union des forces du changement (UFC) d’Aboubacar Sylla qui ont  été  happées dans le  gouvernement.

Ayant compris qu’ils sont à la fin de leur mandat parlementaire, Mouctar Diallo dont le rapprochement avec le pouvoir s’est confirmé il y a quelques semaines, a accepté de prendre la tête du ministère de la Jeunesse, une patate chaude lâchée par Moustapha Naité et  vous  serez  bientôt  témoins  des  éclats  de  verre. Quant à Aboubacar Sylla, il hérite de département  des Transports. Cet acte démontre avec insistance que les politiciens ne se soucient point de l’intérêt du peuple.

Les ministres sortants qui se sont illustrés et en payent la rançon

J’aurais bien aimé voir la ministre Maladho Kaba reconduite (Économie et Finances) qui, malgré toutes les attaques, a réussi à imposer son style. Une ministre non  budgétivore dont les promoteurs de la corruption craignaient la  pérennisation. Malheureusement, laissant  le  souvenir de  quelqu’un qui voulut incarner un renouveau à la tête du département de l’Économie et des Finances.

Depuis longtemps, l’argent liquide coule à flot dans ce pays. A sa venue, l’ex ministre du Budget Mohamed Doumbouya a prôné l’informatisation bouchant  les  trous  par lesquels s’écoule  habituellement  le  « pétrole’’. Ainsi, pour l’année 2017, il a réussi a  initié le système de paiement par mobile banking pour l’achat des vignettes automobiles. Cela a été avantageux pour l’Etat car le résultat a été probant.

En fin, c’est la ministre de la Santé Dr. Abdourahamane Diallo qui voulait faire la refonte du système sanitaire de la Guinée après la maladie à  virus Ebola. Il fallait un spécialiste du domaine. Et il l’était. Mais hélas, il a été débarqué.

Au tour du troisième mandat, attention au réveil tardif

Je sais que beaucoup sont encore dans une logique « il n’a pas officiellement annoncé. » Oui ! Vous êtes dans votre logique de subir les surprises. Les dictateurs ont toujours ce  genre de  discours mirifiques : Le peuple… Alors que ce peuple pour lequel on prétend se battre subit des supplices depuis huit ans. À trente  mois de la fin d’un mandat on clame encore le peuple ? Il faut être naïf  pour écouter de telles âneries. Les faces ont été dévoilées et les dés sont jetés.

Sally Bilaly Sow

 

1 COMMENT

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here