La drogue, un ennemi au cœur de l’école

La ‘’B’’, sensi, Marie Jeanne, la juana, la weed ou encore l’herbe autant de nom pour désigner une chose unique la drogue que fument de plus en plus de jeunes dans le monde. Il y a encore une quinzaine d’années, la drogue n’était pas si proche de l’école. Alors, les voyous qui la fourguaient le faisaient de façon très discrète et loin des écoles où la rigueur était des plus martiales.

La drogue : rock star des générations actuelles

Actuellement, la drogue est partout et à un coût abordable. À cet effet, il s’écoule comme de petits pains. Dans les écoles, le plus naïf sait où s’approvisionner et sait à qui il faut s’adresser pour faire sa provision de drogue. Le dealer est un ami, un grand ou un surveillant du genre ‘’cool’’ très serviable, et même populaire qui conduit astucieusement son ‘’entreprise de la mort’’.

L’influence des médias dans la propagation de la drogue

Le rôle des médias dans la propagation et l’ancrage de la drogue est loin d’être inoffensif. Les médias ont contribué parfois sans le savoir à rapprocher la drogue de jeunes, dont les modèles se comptent chez les sportifs, les acteurs de cinéma et les artistes de renom, des milieux ravagés par la drogue.

Une éternelle envie de planer

Après avoir tiré dans un spliff, on plane sur un autre nuage. On touche le nirvana et c’est cette sensation de plénitude que recherche le junky ou l’accroc. La drogue est une sorte d’exutoire, une bouée de sauvetage assez lâche pour faire face à ses problèmes. Quant on plane, on a l’impression d’être le plus beau, le plus élégant bref; le meilleur et on croit alors que les autres sont des minus à côté de nous. Rajoutez-y ce sourire qui décore toujours le visage du ‘’shooté’’ ou de sa permanente envie de rire vous touchez le jackpot.

Quelques effets de la drogue en milieu scolaire

Pendant longtemps, pour l’apprenant l’enseignant est « un dieu vivant » qui mérite vénération et c’est aussi l’image traditionnelle que nos familles conservatrices ont de lui. Mais de nos jours, l’enseignant est un type pauvre qui enseigne pour se sortir des griffes de la misère. Il exerce le métier par obligation et non par passion et ce n’est ni plus ni moins l’allégorie de la misère. À ce titre, ils sont la cible de coups, injures et railleries. L ‘enseignant est tombé de son piédestal et la classe n’est plus pour lui qu’un enfer où il doit quotidiennement expier ses ‘’péchés’’.

La démission des parents et encadreurs

Beaucoup de parents pensent que leurs obligations s’arrêtent aux choses basiques comme nourrir, habiller ou encore payer les frais de scolarité. Ils ne prennent plus soin de leur progéniture. Ils n’ont plus le temps de les encadrer, occupés qu’ils sont par une quête effrénée d’argent.

De leur côté, les encadreurs sont comptables d’abord des inscriptions fantaisistes de fils de cossues personnes radiées ailleurs pour indiscipline, mais repris par la magie de l’argent aussi certains enseignants se sont spécialisées dans l’art de draguer et harceler leurs disciples féminins, quand ils ne fument pas avec certains jeunes voyous sous leur coupe.

Conséquences de la prise de drogue en milieu scolaire

La violence à l’école est l’une des conséquences les plus visibles de cette consommation de drogue. A cela on peut rajouter l’addiction, les dépressions mentales, les overdoses et les accidents mortels.

Ousmane K. Tounkara

 

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here