« Je demande aux autres femmes de se lever et prendre leur destin en main »

Dans la commune urbaine de Labé, de nombreuses femmes vivent et nourrissent leurs familles de l’agriculture maraîchère qu’elles pratiquent au bord de certains cours d’eau ceignant la ville. À l’occasion de la journée internationale des femmes célébrée chaque 8 mars, les villageois2.0 se sont intéressés à ces mères-courage.


Trouvée dans son jardin courbée, la houe entre les mains, une femme explique avec fort geste comment le labour se fait à son niveau: « Quand on sème les laitues, on attend que sa pousse après on les déplace, ensuite, on achète les engrais et la fiente et on les mélange puis on applique aux plantes ». Poursuivant Souadou Bah, âgée d’une vingtaine d’années, martèle que  « comme il y a assez d’espace arables et la terre est propice, je me suis dit de venir faire de la laitue, du chou, du piment pour subvenir à mes besoins et ceux de ma famille. »


Pour susciter chez les autres le courage et l’esprit du travail, sous anonymat, cette autre dame « demande aux autres femmes de se lever et prendre leur destin en main. Elles peuvent venir ici dans nos jardins, ou bien emprunter des parcelles pour cultiver. C’est ce que font la plupart d’entre nous, c’est mieux que de rester à la maison sans rien  faire en plus elles pourront s’occuper de leur famille convenablement sans voler ».


De l’autre côté de la rive, Fatoumata Binta Diallo se plaint des difficultés rencontrées en cette période de saison sèche: « actuellement le marigot commence à tarir donc nous sommes obligées de creuser des trous près du lit pour avoir de l’eau. » Par manque d’encadrement et d’appui, ces femmes rencontrent d’énormes difficultés.

Ces mères courage aux jardins lancent un appel aux autorités pour leur venir en aide, car elles n’ont aucune expérience moderne en matière de groupement solidaire pour intensifier la production. À la question de savoir si elles sont informées de cette fête dédiée aux femmes qui se tient chaque 8 mars la réponse est non.

Mamadou Saidou Diallo

 

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here