‘’Nyamou dyodho’’ : mythe ou réalité ?

Très souvent, quand un voyageur prend la direction du Fouta Djallon sur un ton moqueur, on lui souhaite un bon séjour tout en le mettant en garde contre le ‘’nyamou dyodho’’. Ce ‘’nyamou Dyodho’’ est-ce un aliment ? Un talisman ? Est-ce un mythe ou une réalité ?

Difficile ! Pendant de longues années pour moi de le savoir et puis une bonne âme, ma mère a décidé de m’éclairer la lanterne et ses mots, je les partage avec vous. Pendant, longtemps, au Fouta Djallon, les pesanteurs culturelles ne permettaient pas à une jeune dame de dire ouvertement à un homme qu’elle l’aimait, et donc quand elle s’éprenait d’un jeune homme, elle avait une façon très originale et singulière de signifier cet amour.

L’amoureuse devait prendre une gourde de bois de calebasse dénommée ‘’tembere nebban’’ en pular, qu’elle remplissait de lait ou de beurre de vache, qu’elle remettait à l’homme qui l’intéressait. Si ce dernier consommait le cadeau reçu, le message était clair, il était d’avis et était désormais l’amant de la ‘’donneuse’’.

Ce cadeau, s’il était adressé à un étranger et qu’il réagisse favorablement, l’amante était tellement aux petits soins qu’il ne voulait plus rentrer et dans ce cas, on disait qu’elle l’avait envoûtée en lui donnant un philtre d’amour donc le ‘’Nyamou dyodho ‘’ qui signifie littéralement ‘’mange et reste là’’.

Ousmane Tkillah Tounkara

 

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here