Cris de cœur d’une âme sous l’effet du stress

Saran Diakhaby, la vingtaine bien sonnée, est élève en terminale sciences sociales au groupe scolaire Yacine Diallo de Labé. Depuis quelques années, elle avait décidé de se lancer dans l’écriture pour raconter son entourage à travers la poésie et le slam. Elle a pour modèle, l’écrivaine Hadja Zenab Koumanthio Diallo. Première femme à avoir édité un livre de poésie en Guinée et a, à son actif une quinzaine d’ouvrages.

Par manque d’espace de publications, ses écrits s’éparpillaient dans sa chambre. Après avoir entendu parler de la plateforme www.lesvillageois.org, Saran n’a pas tardé à soumettre ses premiers vers que nous invitons à lire.

Je suis seule dans mon lit,
Quand ils sont endormis,
Cependant, mon futur se projette,
Dans ma petite tête sevrée de fêtes,
Savoir ce qu’il y a de mieux,
Car, c’est comme si je suis une prunelle dans leurs yeux,
J’affronte bravement mes erreurs,
Et je persiste pour combattre mes peurs,
Non, ce n’est pas un malheur,
Je ne fais qu’avoir peur,
Je suis loin d’être responsable, mais j’ai de la pression,
Je suis sous de divagantes tensions,
J’apprends et je comprends,
Qu’il y a toujours des gens qui ont un mental pourri,
Cela me fait perdre l’appétit,
De découvrir ainsi la vie,
Je ne veux pas gâcher mon espoir,
Même si je sais que le monde est de fois, désespoir,
Et même si tout n’est pas vrai,
Il faut qu’avec moi-même, je fasse paix,
Je me dois garder au cœur,
Le sens des vraies valeurs,
Ne pas croire aux serments,
De ce foireux de gouvernement,
Comment m’élever sans tomber dans leur jeu, bêtement,
Pour que vive sans retenue, l’honnêteté,
Quand on a des attirances pour les mensonges,
Aux mépris des plus démunis, on sert des songes,
Comment reconnaître tout ce mal-être,
Quand l’innocence de mon enfance m’est enlevée par la téléréalité,
Ce n’est peut-être pas le hasard qui fait le connard.
Ils veulent forcément nous faire croire,
Que tout est bien, ce qu’ils veulent bien nous faire voir,
C’est une vérité, il faut donc par force l’avaler,

Elle doit être pourtant redressée,
Je ne renoncerai jamais à ma liberté,
Je ne croirais pas à leurs bla-bla,
M’affirmer, c’est ce que je veux moi,
Peut-être que mes parents seront fiers de moi,
Je défendrai toujours mes idées,
Je tiens à garder ma liberté,
Je ne me laisserai pas endoctriner,
Et j’aurais du respect pour les aînés.

Saran Diakhaby, élève en terminale SS au groupe scolaire Yacine Diallo de Labé

3 Commentaires

  1. Salut les villageois. Cette idée est très bonne, je voudrais avoir plus d’informations sur les TIC, leurs usage et l’utilité, car je me sens un peu perdu avec.

  2. […] Après Saran Diakhaby la semaine dernière, nous vous amenons à la découverte d’un autre jeune lycéen. Thierno Abdoulaye Diallo, âgé d’une vingtaine d’années, est élève en terminale sciences sociales au groupe scolaire Yacine de Labé. Ce jeune de teint clair fait partie de la nouvelle génération des blogueurs & activistes guinéens. Jusqu’hier, il n’était pas connu du grand public. Il nourrit comme ambition d’utiliser ses mots pour peindre les maux de la société. Lisez ! […]

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here