Labé : UNFPA planifie ses activités régionales pour 2020

L’Atelier de Planification 2020 du 8ième Programme de coopération Guinée-UNFPA 2018-2022 dans le contexte de la régionalisation s’est tenu dans l’Amphithéâtre de l’Université Amadou Dieng de Labé du 18 au 20 Novembre 2019.  Organisé par le Ministère du Plan et du Développement Economique en collaboration avec l’UNFPA, cet atelier a regroupé une trentaine de participants provenant de la Région Administrative et de la préfecture de Labé.

La cérémonie d’ouverture de la rencontre a été présidée par El Madifing Diané Gouverneur de la Région Administrative de Labé qui avait à ses côtés son Directeur de Cabinet, son Chef de Cabinet, les représentants de l’Unité de Coordination Centrale (UCC) et les cadres de l’UNFPA. 

Après l’intervention du Gouverneur, le Team Leader du SNU à Labé a abordé le contexte, les objectifs et les résultats attendus de cette rencontre qui sont entre autres de renforcer l’efficacité et l’efficience des interventions dans l’optique de « ne laisser personne de côté », en prenant en compte les besoins réels de la région et du niveau central et élaborer un PTA régional pour la période 2020. 

Plus loin, il a rappelé aux participants que « la planification n’est qu’une série de planifications régionales des agences qui vont aboutir à la mise en commun des différents Plans Opérationnels de Travail ( POT) pour en faire un seul pour la région de Labé. Tout en précisant que ce plan vise trois résultats transformateurs du plan stratégique de l’UNFPA qui sont : zéro décès maternels évitables ; zéro besoin non satisfait en PF ; zéro VBG et les pratiques néfastes incluant les mariages d’enfants ».

Par la suite, il a invité les participants à tenir compte dans la planification des questions transversales notamment les droits de l’Homme et les VBG. Il a saisi cette heureuse occasion pour réitérer l’engagement des Nations Unies à accompagner la région de Labé dans la mise en œuvre de ses différents programmes de développement indispensables à l’amélioration des conditions de vie des populations. 

Selon le RGPH 3, la Région Administrative de Labé a en 2017 une population totale de 1 090 925, dont 493 878 hommes et 597 047 femmes, soit 54,7%, pour une superficie totale de 22 869 km² pour une densité moyenne de 46 habitants au km² et, elle est l’une des plus pauvres avec un indice de pauvreté estimé à 65%. 

Elle est confrontée en plus  dans le cadre de son développement aux principaux problèmes  qui sont entre autres : un accès difficile aux différentes localités; un faible aménagement des espaces cultivables; une insuffisance d’infrastructures et d’équipements scolaires et sanitaires; un faible niveau de la plupart des élus ; une insuffisance de personnel au niveau déconcentré et décentralisé; une insuffisance de ressources financières propres des collectivités locales ; la faible fréquentation des maisons de jeunes ; l’accès difficile aux documents juridiques pour la formalisation des associations et groupements de jeunesse ; le manque de confiance entre la couche juvénile et les organisations de jeunesse… 

Tout en notant que les VBG qui prennent de plus en plus de l’ampleur dans la région et constituent aujourd’hui une réelle préoccupation pour les autorités à tous les niveaux. La taille moyenne des ménages est de 6 personnes contre 7,1 au niveau national. Le taux de dépendance économique est 206 % ; ce qui montre que la population inactive et les chômeurs sont deux fois plus importante que les travailleurs effectifs (RGPH, 2014). 

Parlant des mariages dans la région de Labé, l’âge moyen au premier mariage est de 28,1 ans chez les hommes contre 18,4 ans chez les femmes, soit un écart de 9,2 ans. Plus de 3 femmes sur 4 (75,9%) se marient avant l’âge de 18 ans contre une moyenne nationale de 54,6%

En ce qui concerne le taux d’accouchement, il est assisté à 24%, le taux de CPN4 :47%, décès maternels et néonatals 29%, référence obstétricale : 26,85%, 22%, SBC :290 /1500 disposent des RECO formés en DMPA, La couverture effective de la Planification Familiale varie de 7% à Labé à 22% à Tougué. La médiane régionale a connu une régression de 21% à 13%.  Sur 58 centres de santé, 6 des centres de santé de la région ont une couverture inférieure à 5% ; 17 une couverture comprise entre 5 -10%. Les Trente-cinq autres centres de santé, soit 60% ont une couverture effective égale ou supérieure à 10%.

Ensuite, le chef du sous bureau a présenté le plan stratégique de l’UNFPA dont la vision est de ne « laisser personne derrière », le lien entre les Objectifs du Développement Durable (ODD) et les priorités stratégiques de l’UNFPA, le lien entre le CPD, le PNDES et l’UNDAF.

 

Pour l’atteinte des objectifs de l’atelier, les TDR des travaux de groupes (ciblage, l’élaboration des PTA avec les sous activités, le plan de suivi budgétisé) ont été présentés. Après, s’en est suivies de riches et intéressants débats qui ont permis aux participants de mieux comprendre le contenu des thèmes exposés et, quatre groupes de travail ont été mis en place à savoir : Santé, développement des jeunes, Genre et autonomisation des femmes et suivi évaluation du PTA 

Il est à retenir, qu’il reste encore beaucoup de défis à relever comme « le renforcement des capacités des IPr sur les modalités de gestion des fonds de l’UNFPA et le GPS, persistance des tabous, des VBG et les mariages d’enfants, faible prévalence contraceptive, le coût (élevé et supporté par des familles) des références obstétricales, l’enclavement de la région, la pauvreté des ménages, l’insuffisance des agents de santé notamment les SF surtout en zone rurale. 

Mamadou Saidou DIALLO 

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here