Labé : élus locaux et acteurs de la société civile à l’école des Données Ouvertes

L’Association Villageois 2.0 avec un appui financier de la Communauté Afrique Francophone pour les Données Ouvertes (CAFDO) a organisé, le 26 décembre 2018, une séance de sensibilisation et d’information sur les Données Ouvertes  à l’endroit des nouveaux élus, des acteurs de la société civile et d’Institutions d’Enseignement Supérieur de la Préfecture de Labé.

LES PARTTICIPANTS DANS LA SALLE, le 26 décembre 2018, credit photo les Villageois 2.0

L’objectif était d’outiller les participant.e.s sur le concept des données ouvertes, des démarches entreprises par la Guinée, notamment la société civile, pour son adhésion au Partenariat pour un Gouvernement Ouvert (PGO) mais également  la place de ces données dans leur Plan de Développement Local (PDL).  Cette rencontre qui a réuni huit (8) maires sur les treize invités a eu lieu dans les locaux de l’ONG Search For Comon Ground, dans le quartier Tata I, au Nord de la Commune Urbaine de Labé.

Très tôt le matin, ces responsables communaux ont afflué les lieux avec une température oscillante entre 14 et 15 degrés. Dans le lot de participant.e.s, toutes les tranches d’âge étaient représentées dont le doyen (le maire de la commune rurale de Dalein) était un octogénaire qui, au lieu de déléguer, a daigné lui-même répondre à l’invitation.

Après l’accueil et l’installation des invité.e.s par le comité mis en place par les Villageois, l’activité a commencé par la présentation de la structure organisatrice de l’événement. C’est le chargé de communication et de la mobilisation, Mamadou Saidou Diallo qui s’en était chargé. Dans un premier temps, il est longuement revenu sur le déclic qui a poussé la mise en place de l’Association Villageois 2.0, ses objectifs et les activités déjà réalisées sans AUCUN appui financier externe. Pour agrémenter, la parole fut donnée au secrétaire général, Ousmane Tounkara qui a résumé l’aura du chargé de communication en langue locale.

 Au sortir de cette séance de sensibilisation et d’information sur les Données Ouvertes, certain.n.e.s participant.e.s ont accepté de livrer leurs sentiments.

« Toutes les données qui concernent la vie de la communauté seront ouvertes et partagées »

Mamadou Yaya Dieng, secrétaire général de la Commune Rurale de Garambé :

« J’ai encore appris et eu une nouvelle dimension à travers cette campagne de sensibilisation [sur les Données Ouvertes]. Je me demandais pourquoi une pléthore de structures de réclamations, de surveillances au niveau d’une collectivité alors que tout près, nous avons un outil qui répond à beaucoup de nos questions. Quand tu as un outil qui te permet d’être transparent, d’assurer la redevabilité, d’exposer tes ambitions et de montrer aux gens comment tu es en train de le faire. Je crois on ne demande pas mieux.  A chaque fois qu’il s’agit d’une décision qui engage la vie de la communauté, ces décisions seront ouvertes et partagées. Je vais parler de la planification, de la budgétisation, des prestations de services, des passations de marché, des audits. Donc, toutes les données qui concernent la vie de la communauté seront ouvertes et partagées avec le monde extérieur. »

« Personnellement, je suis une personne qui fait aussi la promotion de l’Open Data »

Oscar Ouendouno, chargé des relations extérieures de l’Université de Labé :

« Cet échange d’aujourd’hui m’a montré que l’Open Data est une nécessité et est cruciale dans la vie des acteurs politiques, de la société aussi dans laquelle nous vivons. Ils [les formateurs] m’ont permis surtout de comprendre que les gens en ont besoin. Toutes les présentations qui ont été faites par les organisateurs ont suscité un grand intérêt chez les participant.e.s notamment les élus et à travers les échanges on a compris combien de fois l’Open Data constitue aujourd’hui une chose importante pour la gouvernance locale et aussi dans les services des agents publics.

Personnellement, je suis une personne qui fait aussi la promotion de l’Open Data et c’est pourquoi, je me suis engagé à faire tout pour que l’Université dans son ensemble participe à cette initiative et qu’à travers les actions qu’elle va mener qu’elle fasse la promotion de l’Open Data et pour le bien de l’institution en question mais aussi pour la promotion de la bonne gouvernance au sein de l’université mais aussi de son impact socio-économique au sein de la localité de Hafia. »

 

« Cette question de Données Ouvertes, à mon avis, c’est un problème de début Quand vous faites des sensibilisations, il faut les continuer »

 

Docteure Camara Aminatou Barry, ancienne membre du Conseil d’Administration d’OSIWA et actuelle première vice-maire de la Commune Rurale de Dara Labé :

« J’ai beaucoup  appris sur l’exposé qui a été fait, disons sur l’importance du numérique dans la gestion des collectivités, sur les questions de redevabilité. J’ai été confortée dans mes convictions parce qu’en fait, si j’ai été candidate et ensuite élue c’est parce que je crois au développement local. L’Association Villageois est fort intéressante et fort pertinente. Je trouve qu’elle a son importance. J’ai été agréablement surprise par la détermination  de jeunes pour tout le travail qu’ils mènent. Je pense que c’est un travail qui part en droit ligne avec l’appui au développement, de sa réussite et surtout de la construction des sociétés ouvertes au niveau local. Cette question de Données Ouvertes, à mon avis, c’est un problème de début. Quand vous faites des sensibilisations, il faut les continuer. Vous allez avoir des personnes peut-être qui vont comprendre et qui vont s’engager et on va voir par les exemples.  »

Sally Bilaly Sow

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here